Archives de l’auteur : admin6410

– Retour à Pomeyrol. Retraite spirituelle et poésie, par Jacqueline Assaël

Avatar de admin6410

Après la « Rencontre des Abeilles » organisée en mai dernier à Pomeyrol par Inga et Anatole Vélitchko, à titre privé en quelque sorte (voir l’article précédent sur ce sujet), les sœurs de Pomeyrol ont pris goût à la poésie de la foi portée par les auteurs des éditions Jas sauvages et elles ont bien noté l’intérêt de la fréquentation de textes poétiques pour nourrir une méditation spirituelle.

Le 16 juillet dernier c’est ainsi à leur invitation cette fois que je suis allée présenter mon expérience personnelle de l’écriture poétique et trois auteurs des éditions Jas sauvages: Michel Block, à travers son recueil Périchorèse, Étienne Pfender pour ses Cent soixante-dix haïku bibliques et Julien Petit, avec son recueil Une vie, à l’aube. Trois types d’inspiration très différents, exprimant le cheminement dans la prière, les émotions frappantes de la lecture de la Bible ou le chagrin du deuil imprégné de la force de la foi.

Les sœurs avaient introduit cette après-midi poétique dans le programme de retraitants venus passer une semaine à l’écoute de Frère Augustin, venu de l’École Biblique de Jérusalem les guider au cours d’une semaine dans une réflexion sur le sens de cette formule qui émaille le Nouveau Testament: « Dieu en nous ».

Il était très impressionnant de s’adresser à cette équipe en quête de spiritualité, dans une chapelle bondée où, pour la circonstance, des textes poétiques sont venus s’afficher sur le mur, à côté de la fenêtre où loge la Croix, en arrière plan de l’autel et du Livre.

Il s’agissait notamment de montrer comment l’appropriation de cette idée de la présence de Dieu en nous, à travers un langage poétique, peut communiquer à nos interlocuteurs les sensations, les impressions profondes d’une expérience qui en est personnelle.

À ce titre, deux vers empruntés à Michel Block:

ont proprement servi de traduction poétique par rapport à cette expression théologique de « Dieu en nous », ajoutant ces notations d’élection dans la douceur et de projection infinie de la perspective croyante.

Les retraitants ont goûté eux aussi l’art individuel de chacun des poètes inventant les modalités d’expression de la foi en connivence avec le lecteur, invité à découvrir dans sa lecture sa propre interprétation des textes et son propre dialogue avec l’auteur.

La littéraire a été reconnue par tous comme une voie privilégiée pour explorer, partager et répercuter l’expression de la foi. De nombreux retraitants se sont pourvus de livres des éditions Jas sauvages, à l’issue de cette après-midi, pour enrichir autrement leur méditation et ont exprimé le souhait d’autres rencontres de ce style.

L’expression de sœur Maria, lisant les poèmes sur les murs de la Chapelle!

– Les éditions Jas sauvages se sont senties solidaires avec l’équipe paroissiale qui vivifie la maison de Villeméjane, par Jacqueline Assaël

Avatar de admin6410

Dans les Cévennes, au sein d’un petit hameau près de Valleraugue, au pied du mont Aigoual, se trouve la maison de Villeméjane, lieu de culture puisque l’écrivain André Chamson y a situé l’intrigue de son roman Adeline Vénician, lieu de spiritualité, puisque les bâtiments ont hébergé une communauté de religieuses protestantes entre 1990 et 2000. La paroisse de Valleraugue a suscité la création d’une association chargée de faire revivre ce lieu en lui donnant une vocation d’accueil, de culture et de spiritualité. Après sept ans de vacance pastorale, une proposante, Gaëlle Favas a entrepris de relever le défi et l’équipe des éditions Jas sauvages est honorée de se voir confier des initiatives culturelles susceptibles de contribuer à la réalisation de ce projet.

Photographie: Jacqueline Assaël

C’est ainsi que le 22 juin, il a à nouveau été question de présenter la trilogie sur l’amitié dans la salle basse rénovée de Villeméjane. C’était une première, pour inaugurer le programme culturel et spirituel de cette maison ; ce qui signifie beaucoup d’énergie enthousiaste de la part des organisateurs et un manque d’évidence et de routine dans le public appelé à participer. Petit public, donc, mais, là encore, quel partage !

Hélène avait préparé avec beaucoup de soin une jolie décoration pour ma table de conférencière, avec un petit bouquet des roses de son jardin et des chemins de table aux dessins cévenols.Nous avons bien discuté, avec Françoise, sur les passages bibliques portant sur l’amitié. Gaëlle a apprécié les particularités des méthodes d’interprétation littéraires des textes, par rapport aux enseignements théologiques. Quant aux diapositives projetant des poèmes de Frère de silence et de Nouaison, ils ont spontanément été lus aussi par Suzette, Gaëlle, etc. Les uns et les autres se les sont appropriés, Françoise a insisté pour que j’explique en détails le sens du mot «nouaison», terme issu du vocabulaire de la botanique qui prend une connotation spirituelle bien précise dans mon recueil, Yanick a repris en écho cette évocation des jonquilles du plateau du Vivarais-Lignon, en récitant en anglais le poème Daffodils, très musical : I wandered lonely as a cloud… Autour du gâteau au citron confectionné par Gaëlle, nous avons trinqué aux jonquilles, à l’amitié, dans une ambiance extrêmement sympathique.

Photographie: Yves Demange

Décidément, la maison de Villeméjane est vraiment faite pour accueillir une communauté solidaire, autour d’échanges sur des formes de littérature et de spiritualité.

Photographies: Jacqueline Assaël

– Les éditions Jas sauvages se sont senties solidaires avec la Librairie Saint-Paul de Marseille, par Jacqueline Assaël

Avatar de admin6410

Une trilogie sur l’amitié, ça sert à ça, peut-être, finalement : concrétiser le propos et montrer son soutien à ceux qui en ont besoin…La librairie Saint-Paul de Marseille est actuellement en redressement judiciaire et les libraires se battent pour la conserver en vie. Les éditions Jas sauvages ont une longue histoire d’amitié avec eux, car depuis de nombreuses années, ils nous ont accueillis pour le « Printemps des poètes » ou sans raison particulière autre que la parution d’un livre et l’envie de partager la joie qu’un tel événement représente.

Il y a peu en passant devant les arcades ocres du cours d’Estienne d’Orves, je suis passée prendre des nouvelles, échanger des nouvelles. J’ai donc annoncé la parution de mon livre : « Vous, vous êtes mes amis ». L’amitié dans le Nouveau Testament, paru aux éditions Olivetan, comme dernier volet d’un triptyque composé préalablement des deux recueils parus aux éditions Jas sauvages : Frère de silence et Nouaison. Tout de suite, Françoise, la libraire, a bondi : « Mais alors, avec un tel titre, on pourrait organiser une soirée de présentation : ce serait une bonne chose pour Olivetan, cela apporterait une bouffée de vie à la librairie, et puis ce serait une manière, pour ceux qui viendront, de manifester leur soutien, leur amitié… »

 Je n’imaginais pas une telle possibilité, en plein marasme. J’ai été frappée par la générosité de cette proposition : faire malgré tout circuler les livres et la réflexion spirituelle.

Ainsi fut fait, le 19 juin dernier, de manière assez originale : l’assistance était dispersée dans tout le magasin, parmi les livres. Un décor tout à fait mythique, en quelque sorte.

La soirée a été fort perturbée par le malaise de l’un d’entre nous, qui a nécessité l’intervention des pompiers et son départ vers l’hôpital. Après une assez longue interruption, la conférence a repris. Et comme j’annonçais mon intention de l’abréger pour ne pas retenir l’assistance jusqu’à des heures trop tardives, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer l’intégralité du propos prévu sur l’amitié, comme une manière de vivre un soutien collectif à l’issue de cet épisode bouleversant ! Très émouvant, vraiment…Le public a bien compris l’enjeu de la séance de signature qui a suivi. La pile des livres sur l’amitié vendus au profit de la librairie a rapidement disparu et je me suis sentie entourée d’une petite nuée de lecteurs me réclamant des dédicaces amicales, au point de me donner une impression de vedettariat ! Il y avait là des proches d’hier et d’aujourd’hui, des fidèles de la librairie Saint-Paul et quelques personnes qui découvraient son emplacement dans la ville.

La clientèle d’une librairie chrétienne n’est jamais assez nombreuse, car, par définition, les religions du Livre appellent à la réflexion et à la méditation. Tous les croyants sont donc concernés par la vie de leurs librairies. Toujours est-il que l’atmosphère était chaleureuse et joyeuse, ce soir-là, à la librairie Saint-Paul, comme en attestent les commentaires de Françoise sur Facebook. Les éditions Jas sauvages se sont senties solidaires…

Photographies: Librairie Saint-Paul (Facebook)

– Réflexion d’Yves Ughes sur la diffusion de la poésie, après un festival du livre à Vence où il a représenté les éditions Jas sauvages

Participer à un festival du livre est toujours quelque peu hasardeux. Surtout pour présenter des œuvres poétiques. Souvent les badauds passent comme balles de ping-pong rebondissant de romans policiers (fatalement) en romans  obligatoirement «initiatiques» avant de débouler en « héroïc fantasy ». De quoi s’y perdre. 

De quoi perdre également ses propres recueils poétiques. 

J’ai pourtant accepté de participer au festival « Lire à Vence » ;  je suis un local de l’étape: j’habite en ce lieu surnommé « Vence-la-Jolie », « Vence, cité des Arts », « Vence ville en poésie… »

Parce que des amies et amis me connaissent, j’ai pu vivre d’heureuses rencontres, de beaux échanges sur la poésie. Et j’ai entendu comme un refrain « notre monde a besoin de poésie ! ». Pourtant del dire al fare c’è mezzo al mare. Entre dire la nécessité de la poésie et passer à l’achat d’un recueil, il faut traverser la moitié de la mer. 

Et là se situe l’intérêt des rencontres développées sur le stand. On prend le temps, on explique et, surtout, on rassure. 

J’ai pu ainsi bien diffuser mon dernier recueil, publié par les éditions Jas Sauvages : à défaut de se faire. C’est un livre de gratitude, rendant grâce de tout ce que j’ai reçu, des mes aïeux, mes parents, de ma ville de Nice et mon quartier de Riquier,  de l’École Républicaine ainsi que de mes enfants. Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? (Première épître aux Corinthiens 6, 7)

Ainsi donc la poésie peut aussi « raconter » une histoire ? Elle le fait à sa façon certes, par un kaléidoscope d’émotions qui n’en composent pas moins des présences bien réelles. 

Ce recueil marqué par la culture méditerranéenne interpelle les lecteurs potentiels quand ils perçoivent, en traversant les pages, des thèmes simples, émaillés de saveurs culinaires, de lieux populaires.

Et la présentation bilingue : français-italien suscite l’intérêt dans un département qui présente nombre de nom finissant en « i » ou en « o ». Autant de descendants de Ritals ici que dans la ville de  François Cavanna. 

Dans l’échange, les réticences tombent, les livres s’ouvrent. On feuillette, on interroge encore. Et il convient de ne pas entretenir une tromperie sur la marchandise : la poésie est exigeante (et non pas élitiste), elle demande un effort évident, car on lit un poème autrement qu’une page de roman. Lire un texte poétique demande de mettre en relation la musicalité des mots, la force des images et le rythme général du texte. 

Proposer un recueil de poèmes revient ainsi à s’appuyer sur l’intelligence du lecteur ; la poésie explorant les émotions, elle est ouverte au plus grand nombre, même si elle demande un effort de recentrage. On ne lit jamais un poème, on le relit toujours. 

Être présent sur un stand demande donc un travail d’explication, de confiance ; quand on est d’origine italienne on aime parler… la journée passe vite. 

Et quand, le lendemain, on reçoit un courriel qui commence par ces lignes : 

on se dit que le combat poétique mérite d’être nourri et prolongé. Nous n’avons pas allumé un incendie, mais nous avons protégé une flamme. 

Les éditions Jas Sauvages y seront présentes en tant que telles et je continuerai à porter mon « à défaut »..

Ives Ughes

Le 19 juin 2024

Janine Belfils et Yves Ughes au Festival « Lire à Vence », avec le logo des éditions Jas sauvages bien en évidence!

– Les éditions Jas sauvages invitées pour les 80 ans de la paroisse de Vence

par Jacqueline Assaël

Programme des festivités

Comme l’indique ce programme, la paroisse entendait situer sa manifestation sous le signe de la tradition culturelle et littéraire de l’Église luthéro-réformée.

Les éditions Jas sauvages ont pu dresser leur stand et présenter leur production pendant tout le déroulement de la fête.

Yves Ughes avait par ailleurs organisé une après-midi de lectures poétiques pendant l’après-midi du 1er juin. Rien n’avait été laissé au hasard: les poètes savent préparer minutieusement leurs actions. Un fil rouge avait été établi pour que les lectures s’enchaînent logiquement, avec des textes issus du XVIècle siècle et des poèmes actuels qui disent la foi dans l’intervention de Dieu dans l’existence humaine, d’autres qui en appellent à Dieu, d’autres qui situent le révélation de la présence de Dieu dans des lieux privilégiés.

Yves Ughes avait aussi préalablement animé un atelier de création poétique dont la production a été intégrée à ces lectures. À Vence, tout le monde est poète et a répété avec attention les lectures dont chacun était chargé. Au total, une douzaine de lecteurs enthousiastes.

Voici le « fil rouge » d’Yves Ughes, un modèle du genre:

Le lendemain était programmée la représentation de la comédie théologique Allo Bybol, interprétée par Annie Coudène et moi-même.

Là encore, nous avons eu affaire à un public de connaisseurs, attentif et rieur. Annie avait monté un décor à partir de peluches et d’une échelle pour son personnage Angélique. Pour ma part, j’avais emprunté une énorme Bible anglicane et la bibliothèque théologique d’Yves Ughes pour garnir la table de travail de Luthérine.

Les commentaires, sur le vif, du pasteur Mercurio, après la représentation ont été d’une pertinence rare: il a relevé la structure en puzzle qui constitue la pièce combinant la trajectoire des deux personnages, le caractère volontiers subtil de l’humour employé et il n’a pas esquivé les questions de fond abordées par la comédie réclamant du sens et de la tenue pour les paroles des cantiques, dans la liturgie. Lui-même a déclaré s’être régalé tout au long du spectacle, de même que le président du conseil presbytéral, Philippe Bénistant, évoquant: « la pièce de théâtre qui nous a bousculés dans les pages de la Bible »!

Mission remplie pour Angélique et Luthérine, prêtes à continuer leur tournée!

La rencontre des lecteurs autour du stand des éditions Jas sauvages a été un réel plaisir, avec les retrouvailles de personnes avides de se sustenter de poésie, pour la méditer ou pour la partager lors de visites… Une apicultrice, une protestante ardéchoise, une descendante de protestants allemands ont choisi leurs livres et nous ont raconté leur histoire du protestantisme et leur manière de le cultiver.

Longue vie à la paroisse de Vence!

Le pasteur Mercurio et Yves Raoux accueillant les invités officiels de la célébration

Photographies: Anne Sattonnet

– « Rencontre des Abeilles » à Pomeyrol

par Jacqueline Assaël

Petit théâtre de verdure à Pomeyrol

Immédiatement après notre Festival de poésie de la foi dans la paroisse de Cannes qui nous a laissé un profond sentiment de bonheur, Inga et Anatole Vélitchko ont décidé de créer un nouveau mode de rencontres au contact de la poésie et de l’humain : « Les Rencontres des Abeilles ». La première édition a eu lieu à Pomeyrol, car la communauté nous a fait la joie de nous accueillir pour la journée du 25 mai.

Anatole et Inga m’avaient demandé de parler des lieux dans ma poésie et ma prise de parole avait donc pour titre : « Poésie des terres et des eaux. Ancrages poétiques ». Il s’agissait de d’exposer les étapes d’un parcours de vie, d’un cheminement vers la foi, et de montrer en quoi elles étaient en quelque sorte incarnées dans un paysage et quelquefois parmi des populations, Îles grecques, Festival d’Avignon, Cévennes, etc. Rien d’égocentrique, mais un étonnement devant la vie qui nous ouvre sans cesse des horizons. Et, grâce à Anatole et Inga, une occasion, à travers l’échange poétique, d’écouter l’autre, dans ce qui peut être communiqué d’expériences humaines qui nous bouleversent et nous animent.

Anatole et Inga, organisateurs des « Rencontres des Abeilles », ici à Pomeyrol

*

La cour de Pomeyrol est devenue un petit théâtre inversé, l’espace d’une journée, avec un public en cercle autour d’un centre du monde imaginaire et une oratrice sur des gradins de pierre, à l’orée de la forêt. Lieu idéal pour exprimer le sentiment de vivre, avec fougue ou gaieté.

Nous étions juste à côté de la chapelle que nous avons rejointe pour les offices du midi et du soir, mais nous avons navigué entre elle et les gradins de pierre, toute une matinée et une après-midi d’échanges, de conversations, de petits gâteaux et de visions de coquelicots.

Les Rencontres des Abeilles étant placées sous l’égide des éditions Jas sauvages, leur oriflamme a flotté à Pomeyrol, à côté de la sculpture de la vallée des Baux représentant la main de Dieu modelant une motte de glaise, et c’est une bien grande fierté et une grande joie pour nous.

Les sœurs de la communauté de Pomeyrol ont apprécié le concept et les œuvres de la poésie de la foi. Pendant l’office du soir, sœur Christiane a repris des méthodes de cette approche littéraire dans sa prédication fondée sur le texte de psaumes et sœur Dolorès souhaitant approfondir la connaissance de ce type d’expression de la foi m’a proposé de venir faire écho, le 16 juillet prochain, à l’enseignement théologique de Frère Augustin, lors de leur semaine de prière et de silence, par une présentation de l’expérience d’inspiration poétique. Nous éprouvons une profonde gratitude pour leur accueil généreux et pour leur ouverture qui ont empreint cette rencontre d’un sentiment de sérénité et de plénitude prolongé longtemps encore après notre départ!

Sœur Marthe-Élisabeth
Sœur Maria

Photographies: Anatole Vélitchko et Jacqueline Assaël

*

Ne me dis rien. Je ne crois pas en la mort.

Non que je l’ignore. Je la connais bien. Je ne lui cède

pas mes yeux.

Aujourd’hui, passant devant un jardin du quartier,

j’ai vu

la vie chevaucher la croupe dorée d’un oranger

et regarder au loin. Je n’ai que cela à te dire.

Yannis Ritsos, Témoignages

Face aux ressacs d’autres rivages

Tu sais

Tu es passée

Dans la nuit il te reste

Un éclat sourd d’étoile

– La vie invente le poème

Chaque jour avancé

*

Sur la carte du ciel aux franges blanches

Ton corps est inscrit dans le sable

L’astre invisible

Trace la côte et les criques d’écume

À ta recherche

Quand il s’arrête dans sa course

Tu te retrouves

Encore lacté plein de soleil

Jacqueline Assaël

– Échos d’un Festival heureux de poésie de la foi. 7. Paraphrases du psaume 23, par Yves Ughes

De nos jours le mot « paraphrase » a une mauvaise réputation.  Une réputation presque aussi mauvaise de celle du mot « poésie ». Quand un professeur corrige un commentaire composé et qu’il raye d’un trait rouge et rageur un morceau de paraphrase, c’est très mauvais signe. Cela signifie que l’élève a redit avec nombre de maladresses ce que l’auteur du texte proposé avait si bien exprimé. Paraphrase, il s’agit d’un mot-procès, d’un mot-couperet ne supportant pas de discussion. Mais la vie du langage est telle qu’un mot peut être polysémique et que sa fortune varie au gré des siècles. Si nous remontons dans le temps, nous pouvons nous rendre compte que la paraphrase a été – dans un lointain passé certes, mais tout de même- chargée de connotations positives et d’une dimension spirituelle affirmée. 

Il en va ainsi des deux pièces « sacrées » de Racine : ces oeuvres peuvent être considérées comme des paraphrases de textes bibliques. Blaise Pascal avec son «Abrégé de la vie de Jésus-Christ », s’est essayé à une synthèse risquée des Évangiles, et ce fut pour lui un exercice d’ascèse et d’écriture, d’ascèse en écriture. Clément Marot -par ailleurs auteur de textes grivois- s’est plu à cultiver la paraphrase -et  avec bonheur- au point de publier un psautier complet. Drelincourt et nombre d’autres chrétiens et protestants ont mis leur foi à l’épreuve en paraphrasant les psaumes. Et l’exercice vient de loin, des profondeurs d’une tradition judaïque qui relevait du commentaire. Loin d’être une pratique condamnable, la paraphrase se présentait alors comme un exercice d’appropriation de la Parole. 

De nos jours encore, cette discipline littéraire, marquée par la foi, perdure et dans le meilleur sens du terme. En témoigne le corpus sur lequel nous nous proposons de travailler. Nous partirons du psaume 22, ou 23 selon la numérotation hébraïque. Et notre problématique sera simple : démontrer que la paraphrase est à la fois un exercice de liberté, de création, une démarche spirituelle. Quelle soit plus ou moins réussie et accomplie est une autre histoire. Si nous voulons lire les paraphrases avec pertinence, il nous faut relire le psaume originel. 

Nous allons approcher cinq auteurs qui ont paraphrasé ce psaume. Les voici donc, très rapidement présentés.

  • Paul Claudel. Pour lui la lecture de la Bible  est la possibilité donnée « d’accueillir et entendre, ensuite commenter et interroger. »[2] En ce qui concerne les psaumes, il prolonge cette pratique de lecture par la nécessité de répondre. 
  • le cantique de Jef Mathouret, organiste et musicologue. Nous verrons que cette dimension musicale est importante. 
  • Les chansons de Jean Debruynne. Auteur de plusieurs cantiques et chansons religieuses. 
  • Les chants psalmistes de Claude Bernard, auteur notamment d’un ouvrage intitulé Chanter notre aventure. 
  • Enfin un poème de Paul Baudiquey, prêtre du diocèse de Besançon, excellent connaisseur de l’oeuvre de Rembrandt. 

Ces textes couvrent un éventail temporel qui s’étend de 1947 à 1988. Avant d’aller plus loin, écoutons les premiers versets de chacun. Cette lecture nous permettra de percevoir la diversité des approches.  Leurs tonalités variées nous mettront en éveil sur la richesse de la démarche. 

Avec ces premiers versets, tout est dit de la diversité créative que suscite le psaume 23. Ne fût-ce que dans l’énonciation : « Je », « Tu », « Moi », « Toi », « Tu ». Il ne s’agit pas simplement de pronoms personnels ni d’une remarque purement grammaticale. Le style est ici révélateur d’une façon de se situer, mieux encore une façon d’ÊTRE avec l’Éternel. 

POINTS COMMUNS ET CONSTANTES 

Demandons-nous tout d’abord quels sont les points convergents dans toutes les réécritures ? Quelle est la constante ? Quels sont les points invariants ? La réponse est claire : deux aspects majeurs se tiennent en opposition dans la profondeur des textes, ils se concentrent en deux images : la « vallée d’ombre » et les « verts pâturages ». On pourrait classer cette évocation de la mort par degré d’intensité : avec Paul Baudiquey elle s’exprime par une étrange  périphrase:

Paradoxalement, la mort est évoqué en plein midi. Mais l’on sait bien, et Camus l’a confirmé, que le soleil peut être tragique. La mort  est plus ou moins concentrée  dans les autres textes : avec Marthouret, la forme est atténuée : 

De même chez Claude Bernard :

Mais elle peut prendre une forme cauchemardesque, avec Debruynne l’image devient ainsi concrète et physique : 

Chez Paul Claudel, l’expression en est même redondante : 

Et cette insistance souligne la densité de l’angoisse. Ainsi les psaumes réécrivent-ils l’angoisse première de notre finitude. Le point constant et névralgique des psaumes se situe dans l’inquiétude voire dans les tourments suscités par la peur d’une fin annoncée. En un certain sens les psaumes nous placent dans la nudité de notre condition humaine. Mais les vallées, fussent-elles dominées par l’ombre, sont les lieux de traversées. Tous les psaumes ici présentées sont des textes de dépassement de la peur. Une mise en marche un désir de foi en la vie, un appel lancé vers l’éternel. 
Chaque évocation de la vallée obscure est presqu’aussitôt prolongée par un basculement, un mouvement de vie qui s’exprime par des connecteurs d’opposition : mais, des verbes : Je ne craindrai plus rien, des phrases entières : ça ne fait rien, je ne craindrai plus rien. Chaque texte est donc un Itinéraire qui va des tourments personnels et qui tend à percevoir la présence de l’Éternel, s’en approcher pour finalement déborder dans la louange. 

Pour être pleinement dans le cadre de notre festival, on peut affirmer qu’il s’agit de poèmes qui, comme tous les poèmes, sont consubstantiels d’une démarche spirituelle. 

Loin d’être des textes figés par le temps, les psaumes se présentent donc comme des oeuvres de tension. Cette relation à l’Éternel, par quelle dynamique littéraire passe-t-telle ? Pour y répondre, nous procéderons maintenant à la lecture de chaque texte. Cette lecture ira à l’essentiel, en espérant qu’elle soit suffisante pour faire apparaître la richesse de chaque démarche. 

  • Quelle dynamique linguistique ? Quelle démarche spirituelle ? 
  • Claudel : De l’aveu contrit à l’infinie miséricorde. C’est un texte de fin de vie et d’emblée l’auteur se situe dans la contrition ; tout est pratiquement dit avec : « Je suis une pauvre bête » Parallèlement, il est le seul auteur évoquant des images de punition : « Ces verges pour me fouetter et ce bâton pour me battre, je les baise avec amour ». Image dégradée de soi. Houlette, verges et bâtons. Expiation. Toute la dynamique verbale s’organise autour de cette démarche douloureuse. Le verbe est retenu, les images sont  raresLa marque principale de cette réécriture se situe dans un mouvement de contraction et dilatation. De punition et de gratitude.. Nous sommes là au coeur d’une vérité qui traversera la suite de notre approche : «  on prie comme on croit ». On réécrit le psaume comme on croit. 
  • De fait, la tonalité est tout à fait différente avec la chanson religieuse de Jean. Debryunne : dès l’amorce du texte une familiarité heureuse et détendue s’installe : «Moi, mon Dieu » ou encore, dans une autre chanson : « Dieu est toujours en avance /pour parler des vacances. » Nous nous trouvons là dans une légèreté assumée et revendiquée : , celle du « Folk-Psaume. » C’est à la fois la force et la faiblesse de cette  réécriture. Elle présente certes de belles intuitions : « Sa liberté me libère ». Elle rend la présence de l’Éternel par des éléments festifs de la vie courante  comme ces «vins  gris pétillants » « l’avenir est son jardin » « tu me prépares un  banquet ». Mais il nous faut bien souligner que, si ce texte gagne en séduction, il perd en démarche spirituelle. Ce n’est pas un  jugement de valeur, mais un simple constat littéraire. 
  • « Tu es mon berger, Ô Seigneur. »  Telle est l’ouverture du texte de Robert Jef Mathouret. Ouverture simple exprimant une relation clairement établie presque dans la force de l’évidence. Dès lors le texte a pour dynamique principale  de glorifier cette paix et ce bonheur donné par la Présence. Les adjectifs qualificatifs abondent : «verts pâturages, eaux limpides, merveilleux festin, ta coupe débordante, ton huile vivifiante. » Nous sommes là face à un texte bienheureux, liant la présence de l’Éternel à un véritable bien être, une joie d’être. Et la musicalité du texte vient conforter et amplifier cette bienheureuse perception du monde. Nombre de vers sont des alexandrins dont on sait la force d’harmonie dans la pratique de notre langue. Ce texte présente une fusion accomplie entre le chant populaire, le psaume et la démarche spirituelle. « On prie comme on croit », vous dit-on. 
  • Avec C. Bernard, la relation semble s’installer comme précédemment, par l’affirmation d’une évidence. « Pasteur d’un peuple en marche/conduis-nous par tes chemins . »

Un guide, une voie tracée, un mouvement donné. Tout est clair. La suite du texte est pourtant marquée par une interrogation qui exprime quelque trouble : « Mais comment reconnaître le Seigneur ? ». Nous retrouvons là au d’une démarche typique du psaume : une attente, un désir, le souhait d’une présence pourtant admise dès les premiers versets. 

L’originalité de cet auteur est de faire émerger dans sa réécriture la présence de Jésus, comme réponse à son interrogation. Dans cette émergence se noue à la fois une grande liberté prise avec le psaume et une grande fidélité inscrite dans une démarche chrétienne. Rappelons-nous les mots de Jésus : « je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi ». [4] Nulle trahison installée dans le texte de réécriture, mais une simple fusion entre les prophéties et les Évangiles. L’audace et la liberté peuvent donc être partie prenante de cet exercice particulier qu’est la réécriture.

  • Avec Paul Baudiquey : La relation est également limpide et directement assumé, par le rapprochement de deux pronoms personnels Je/Tu : « Et je dirai de Toi que Tu es Bon Pasteur » et l’abondance des majuscules donne déjà au texte une dimension d’Arts Plastiques. Ce premier verset relève presque d’un dessin. Avec cet auteur une relation spirituelle de proximité s’inscrit dans le texte, notamment par la création d’images. L’imagination, cette vertu cardinale, affirmait  Baudelaire entre ici dans sa plus belle dimension créatrice. « Tu fais des archipels aux portes du désert ».  « Quand le brouillard d’automne emplit les chemins creux ». La relation au monde est plus qu’heureuse, elle s’avère fertile de part en part. Dans ce monde fécond, fécondé  nous pouvons « Être le commensal de la table opulente ». Voici que tout devient fête, dans le surgissement inattendu de « la vieille Sara » : Tu m’apprendras le rire de sa vieille Sara/qu’on ne peut T’aimer sans rire à cause de TOI ». 

Parvenus au terme de notre modeste panorama, nous pouvons dégager quelques enseignements de ce qu’est la paraphrase et de ce qu’il lui faut mettre en oeuvre pour accéder au titre honorifique de « réécriture », sachant qu’en ce qui me concerne ces deux mots sont équivalents. Il nous faut d’une part souligner l’exceptionnelle variété des paraphrases. Chaque texte est révélateur d’une démarche personnelle, d’un contexte, d’une situation d’énonciation. Par-delà ces données individuelles ou collectives, ces textes sont révélateurs d’une valeur profondément ancrée dans la culture chrétienne, plus encore dans la culture protestante : la liberté d’interprétation (sous réserve de cohérence, bien évidemment) et la liberté de création. Loin de se contenter de reproduire, la paraphrase crée de nouveaux espaces de sens. 

Il nous faut d’autre part souligner que la paraphrase loin d’être une pâle imitation -ou un fade remix pour faire plus moderne- se présente comme un exercice spirituel. Cet exercice prend naissance au coeur de notre condition et du désarroi que toute prise de conscience de notre finitude peut engendrer. Par une pratique de la langue qui relève de la création poétique, elle met en oeuvre une démarche, une quête vers Quelqu’un de plus grand que nous. Parallèlement ou consubstantiellement elle enclenche par les mots un processus d’appropriation qui rend visible ce qui est invisible.

Si l’on se réfère à la phrase de Paul Klee : L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible, 

on peut affirmer que la paraphrase est un art à part entière.  

Pour le festival « Palmes et Psaumes » 

11 – 14 avril 2024. 
Yves Ughes. 

Avec mes profonds remerciements pour Jean-Luc Lorber, pour le corpus établi et sa précieuse approche. 

Jean-Luc Lorber : Les paraphrases du psaume 22, au XXème siècle. Revue des sciences religieuses. 81/3.   2007. https://journals.openeditions.org


[1] Livre des Psaumes. Psaume 23. 

[2] Jean-Luc Lorber : Les paraphrases du psaume 22, au XXème siècle. Revue des sciences religieuses. 81/3.   2007. https://journals.openeditions.org. P. 3 

[3] Gérard Bocholier, Le poème exercice spirituel – Ad Solem Éditions SA. Paris, 2014. 4ème de couverture. 

[4] Jean, 14-6

– Échos d’un Festival heureux de poésie de la foi à Cannes. 6. Galerie de photos, par Jacqueline Assaël

Le cercle des poètes (de la foi) réapparus sur l’Île Sainte-Marguerite
Sylvie Cadier, notre guide au Mémorial Huguenot, évoquant la mémoire des pasteurs emprisonnés sur l’Île, au temps des guerres de religion
Inga Vélitchko lit ses poèmes en russe, Anatole Vélitchko bat la mesure et traduit en rythme, en français

Gérard Scripiec déchaîne l’allégresse:

« Regarde mon cheval… Regarde-le… »

Et Jean Alexandre lui emboîte le pas, déchaînant lui aussi l’enthousiasme, avec son humour, sa verve et son amour des textes
Olivier Millet distille l’évolution de la compréhension de l’histoire de Jonas, chez les poètes, au fil du XVIème siècle et le public, concentré, se passionne devant la finesse de ses analyses, pleines de sens
En clôture du Festival, le parcours d’Yves Ughes en poésie narrative, des Rolling Stones à Bach, « Que ma joie demeure »

– Échos d’un festival heureux de poésie de la foi. 5. Photos, par Anatole et Inga Vélitchko

En route vers l’île Sainte-Marguerite et le Mémorial Huguenot
La Côte d’Azur, vue de l’Île Sainte-Marguerite
Inga au Mémorial Huguenot
Inga en vedette
Anatole aussi
Bientôt un film…
Inga sur la Croisette
Lecture de psaumes bibliques et modernes
Public. Un lecteur du poème de Attila József, « Un psaume tranquille », en hongrois
Silvia Ill: Conférence sur la berceuse de Matthias Claudius
Waltraud Verlaguet: Conférence sur Meschthild de Magdebourg
Poèmes d’Inga Vélitchko en russe et en français: rythmique et émotions
Marie-Christine Gay commentant le psaume 139
Gérard Scripiec, Poèmes
Jean Alexandre, Lettre à l’angelesse

Yves Ughes présentant sur le thème de la gratitude son recueil « à défaut de se faire », avec Clara Campagno

– Échos d’un Festival heureux de poésie de la foi. 4. Textes de l’atelier d’écriture sur thème biblique

Atelier animé par Yves Ughes

Poème de Maria Blasquez

Poème de Marie-Christine Gay